Retour vers-nom de la page parente

Pays d'Art & d'Histoire

La Ville de Senlis, au cœur du pays d'Art et d'Histoire de Senlis à Ermenonville

Pays d’Art et d’Histoire de Senlis à Ermenonville 

Une clairière patrimoniale

A la lisière de l’Ile de France et de la Picardie, le Pays de Senlis à Ermenonville s’organise autour des pôles patrimoniaux majeurs formés par la cité royale de Senlis et les grands domaines de Chaalis-Ermenonville, le long du sillon creusé par la Nonette et ses affluents entre grandes plaines agricoles et massifs forestiers. Au cœur du Parc Naturel Régional Oise-Pays de France, à la croisée d’axes routiers historiques et de grandes routes cyclables (Paris-Londres, Trans’Oise, Amsterdam-Compostelle), nos quatre communes forment une clairière patrimoniale renommée pour la diversité de son patrimoine et pour son cadre rural et forestier remarquable.

Un pôle attractif

A l’extrémité ouest du pays de la plaine du Valois, Senlis constitue un pôle urbain de près de 17 000 habitants, enserré dans le massif formé par les forêts de Chantilly, d’Halatte et d’Ermenonville. Au-delà de son centre ancien classé Secteur Sauvegardé et de ses remparts gallo-romains et médiévaux, ses faubourgs et hameaux s’étendent le long des principaux axes de communication, témoignant du développement économique de la ville au fil des siècles.

Au cœur d’un territoire riche

L’évolution urbaine, sociale et paysagère de ce territoire est indissociable de celle du rôle et de l’influence de Senlis au cours de l’histoire. Bénéficiant de l’attraction commerciale et de la protection de la cité royale, les  villages de Mont-L’Évêque, Fontaine-Chaalis et Ermenonville se sont développés sur le plateau et les coteaux de la Nonette, profitant de la diversité des ressources prodiguées par la forêt, la rivière et les plaines fertiles du Valois.

Une diversité des patrimoines

L’identité de ces villages s’est construite autour de leurs grands domaines (abbaye de Chaalis, Parc Jean-Jacques Rousseau d’Ermenonville, château de Mont l’Evêque), mais elle s’est réaffirmée par un maillage dense d’éléments de petit patrimoine, croix, lavoirs, ponts, traces de savoir-faire étroitement liées aux activités humaines.

Un territoire sous la faveur royale

Fondée au Ier siècle, sous le règne de Claude, Senlis rejoint en 486 le royaume de Clovis puis, en 981, entre en la possession d’Hugues Capet. Il y est élu au trône de France en 987. Du Xème au XIIème siècle, les souverains y bâtissent des édifices religieux : chapelle St Frambourg par la reine Adelaïde, abbaye de Chaalis par Louis VI le Gros et monastère St Vincent par Anne de Kiev. S’ensuivent trois siècles de développement exceptionnel.

De la Renaissance à l’époque classique

A la Renaissance, l’abbaye de Chaalis connait un regain d’activité artistique et accueille de nombreux artistes, tels que Sebastiano Serlio ou Le Primatice,  conviés par Hippolyte d’Este, abbé du domaine. A la fin du XVIème siècle, lors des guerres de religion contre les protestants, Senlis résiste aux assauts des Ligueurs : Henri IV lui accorde alors des avantages fiscaux en reconnaissance de sa loyauté et vient en villégiature au château d’Ermenonville.

Des Lumières aux Romantiques

Le XVIIème et le XVIIIème siècles sont marqués par le déclin du pouvoir royal et religieux, s’achevant avec la vente des édifices religieux comme biens nationaux en 1791. Jean-Jacques Rousseau s’installe à Ermenonville et va bientôt être suivi par de nombreux artistes.
Au milieu du XIXè siècle, le chemin de fer arrive à Senlis, et la ville accueille une garnison. A Chaalis, Valgenceuse, Ermenonville, et plus tard Mont-l’Évêque, les grands domaines se morcellent et deviennent des villégiatures prisées par la haute société parisienne et les artistes qui viennent y séjourner : Gérard de Nerval, Dumas Fils, Alfred de Vigny…

De la reconstruction à la préservation

Le XXème siècle s’ouvre sur la Grande Guerre : le 2 septembre 1914, Senlis est incendiée, son Maire, exécuté. A Fontaine-Chaalis et Mont l’Evêque, les fermes sont bombardées et incendiées. Ermenonville abrite un camp d’aviation très actif.  En 1918, le maréchal Foch installe son Quartier Général à Senlis, en 1920, la ville martyre reçoit la Croix de Guerre. La Deuxième Guerre Mondiale ne verra passer que quelques combats le long de la ligne de défense « Chauvineau », encore visible. 

Dès 1950, la dynamique des Trente Glorieuses entraîne un développement démographique et urbain du territoire. La construction de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle (1974) et de la nouvelle autoroute A1 (1971) fait affluer de nouveaux habitants.  A Senlis, ils s’installent dans les faubourgs rénovés et les nouveaux quartiers aménagés. Des équipements publics, des zones commerciales et économiques sont créés, lançant une dynamique qui se poursuit de nos jours.

Paroles d’élus.

La parole à Pascale Loiseleur, Maire de Senlis

Pascale Loiseleur

En me promenant récemment dans le Parc Jean-Jacques Rousseau, j’ai relu à l’entrée, le message de bienvenue du marquis de Girardin, teinté de l'universalisme des Lumières, qui proposait la nature comme la nature comme langage partagé à ses visiteurs. 

« Le jardin, le bon ton, l’usage
Peut-être Anglais, Français, Chinois,
Mais les eaux, les près et les bois,
La Nature et le paysage
Sont de tout temps, de tout pays.
C’est pourquoi dans ce lieu sauvage,
Tous les hommes seront amis,
Et tous les langages admis. »
Cette invitation, qui évoque les préceptes développés par Rousseau dans le Contrat social, offre au public la métaphore de notre vision commune du Pays d’Art et d’Histoire.
Ainsi, parcourus par Rousseau et les Lumières puis par les Romantiques, lieux de création jusqu’à nos artistes contemporains, les paysages naturels et urbains de nos communes se font l’écho de ce message universaliste, toujours d’actualité.
Par le partage de valeurs communes au cœur d’un cadre de vie paysager et architectural exceptionnel, témoin de l’harmonie qui peut exister entre l’homme et la nature, nous souhaitons donner du sens à l’héritage culturel précieux qui a modelé notre territoire.

Témoignage d’Alain Pétrement, Maire d’Ermenonville, d’Alexis Patria, Maire de Fontaine-Chaalis, de Jean-François Houette, Maire de Mont l’Evêque, d’Isabelle Gorse-Caillou, adjointe au Maire de Senlis en charge du Tourisme

A Senlis, l'idée de créer une émulation avec quelques-unes de nos communes voisines a germé dès 2011. Il fallait enfin casser l'image répandue d'une ville paisible, assise sur son riche patrimoine, cernée de 3 enceintes de remparts qui, s'ils sont remarquables, contribuent cependant à l'isoler.
La thématique commune à Senlis, Montlévêque, Fontaine -Chaalis et Ermenonville coulait de source! Entre les liens historiques remontant à l'époque gallo-romaine, se perpétuant au Moyen-Age entre la ville royale et les dépendances de ses abbayes, puis la villégiature des puissants dans les grands domaines en forêt d'Ermenonville, et ensuite celle des artistes romantiques, le fil conducteur s'est vite imposé. Un comité de pilotage, constitué d'élus et d’agents municipaux, des référents du Parc Jean-Jacques Rousseau, de l'abbaye de Chaalis, du PNR Oise - Pays de France, des services de l’Etat et d'historiens s’est rapidement rassemblé. Il s'est réuni à plusieurs reprises afin de définir clairement les axes thématiques du Pays et de recruter la personne en charge de monter le dossier. Pour nourrir sa réflexion, la chargée de mission a animé des ateliers participatifs à thèmes, avec des personnes civiles, des professionnels du tourisme, des représentants d'associations, des médiateurs culturels, des élus.

La labélisation, obtenue en juin 2015, nous permettra de fédérer les dynamiques de valorisation et de médiation culturelle déjà bien présentes dans chacune de nos communes : concerts-lectures pour aider à la restauration de l’église à Montlévêque , journées de la Rose à l'abbaye de Chaalis, créations contemporaines autour des arts vivants et résidences d’artiste au Centre Culturel de Rencontre d’Ermenonville, programmation culturelle variée, festivals à Senlis, ateliers jeune public… Les associations culturelles, historiques et de préservation du patrimoine sont nombreuses et très actives. Aux côtés des services nos communes, elles font connaître notre remarquable patrimoine bâti dans sa dimension historique mais également réglementaire, comme pour le Secteur Sauvegardé de Senlis.  Notre Pays porte également une attention particulière à la valorisation de ses paysages, toutes nos communes possédant de grands domaines paysagers publics et privés que nous nous attachons à animer.

Toutes ces actions doivent gagner en visibilité, et surtout, être accessibles au plus grand nombre. Une des premières actions que nous souhaitons mettre en place est la création d'un fascicule à l'usage des grands parents pour leurs petits-enfants. Ainsi, la médiation culturelle et patrimoniale pourra se faire par une " transmission familiale" par l'habitant lui- même grâce à des outils ludiques et pédagogiques adaptés.
Nous sommes persuadés que, pour respecter son patrimoine, s'en inspirer, l'enrichir et le faire vivre l'habitant doit connaitre et comprendre le territoire sur lequel il vit. C'est pourquoi nous avons souhaité nous engager dans un label qui porte toutes ces valeurs et nous permettra d'échanger, dans le cadre du réseau, sur toutes les problématiques engendrées par la restauration cadrée du patrimoine et l'évolution de l'urbanisme dans le respect des règlementations. Un dialogue est déjà amorcé avec la Ville d’Art et d’Histoire voisine de Chantilly en ce sens.

La parole à Alexis Patria, Maire, et  Hervé Lecoeur, conseiller municipal de Fontaine-Chaalis :

« Le Rêve est une seconde vie ». Sylvie , Adrienne, Aurelia seront au prochain bal de Chaâlis. Le site de Chaâlis, le talent de Gérard de Nerval et un dossier solide font que Fontaine-Chaâlis et nos communes voisines deviennent un pays d’art et d’histoire : cette réalité va renforcer notre capacité à faire rêver nos enfants et nos visiteurs, à leur permettre d’imaginer et d’accéder à un  monde de nature et de beauté. Un monde réel et à rêver…